Le G7 en pleine √©bullition pour lutter contre l’urgence climatique ! ūüĆć #Climat #G7

Table des matières


Le G7 fait pression sur l’urgence climatique

Les mauvaises herbes poussent dans la terre sèche et craquelée qui était le fond du lac McClure, le 24 mars 2015 à La Grange, en Californie (GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives/JUSTIN SULLIVAN)

Les ministres de l’Energie, du Climat et de l’Environnement du G7 se sont r√©unis pour d’ultimes n√©gociations afin de muscler leur action contre l’urgence climatique. Le club des principaux pays industrialis√©s est sous pression pour faire preuve d’unit√© apr√®s le dernier rapport de synth√®se du Giec, publi√© en mars, alarmant sur l’√©volution du climat.

Des annonces particulièrement scrutées

Les annonces du G7 face √† l’urgence climatique sont particuli√®rement scrut√©es, notamment apr√®s la publication alarmante du rapport de synth√®se du Giec. Cet accord vise √† limiter l’augmentation des temp√©ratures √† 1,5¬įC par rapport √† l’√®re pr√©industrielle d√®s les ann√©es 2030-2035.

Donner le ton avant les échéances importantes

Le G7 se doit de donner le ton contre le r√©chauffement climatique avant les √©ch√©ances importantes comme le G20 en Inde et la conf√©rence des Nations unies sur le climat COP28 √† Duba√Į. Le pr√©sident Ahmed al-Jaber a d’ailleurs fait le d√©placement √† Sapporo pour cette r√©union.

Le Japon sous pression

Le Japon est sous pression pour faire preuve de vigilance apr√®s avoir adopt√© des positions conservatrices sur le front climatique. Le pays souhaitait entre autres d’appeler √† de nouveaux investissements en amont dans le gaz, sur fond de crise √©nerg√©tique provoqu√©e par la guerre en Ukraine.

Des progrès importants dans le communiqué commun

Selon la ministre fran√ßaise de la Transition √©nerg√©tique, Agn√®s Pannier-Runacher, il y aurait des progr√®s importants dans le communiqu√© commun du G7 en cours de finalisation. Pour la premi√®re fois, le G7 dit qu’il faut acc√©l√©rer la sortie de toutes les √©nergies fossiles quand elles ne sont pas assorties de dispositifs de capture et de stockage de leurs √©missions de CO2. Il est vrai que c’est un progr√®s majeur et nous souhaiterions que ce langage soit repris au G20 puis par la COP28.

Des ONG redoutent une régression climatique

De nombreuses ONG redoutaient une r√©union minist√©rielle qui ent√©rinerait une r√©gression sur le front climatique. En effet, Tokyo √©tait d√©sireux d’appeler √† de nouveaux investissements en amont dans le gaz, sur fond de crise √©nerg√©tique provoqu√©e par la guerre en Ukraine, et √† faire reconna√ģtre par le G7 sa strat√©gie controvers√©e pr√©voyant d’utiliser de l’hydrog√®ne et de l’ammoniac comme co-combustibles pour ses centrales √† gaz et √† charbon.

Des garde-fous entourant les propositions du Japon

Le Japon a cependant obtenu des garde-fous pour ses propositions. Les technologies doivent √™tre d√©velopp√©es √† partir de sources bas carbone et renouvelables. Les membres du G7 vont aussi r√©affirmer leur engagement de d√©carboner totalement ou majoritairement leurs secteurs de l’√©lectricit√© d’ici 2035.

Appel à une réduction de 60% des émissions de gaz à effet de serre

Le G7 va appeler √† une r√©duction de 60% des √©missions de gaz √† effet de serre d’ici 2035 par rapport √† leurs niveaux de 2019, conform√©ment aux recommandations du Giec. La prochaine √©ch√©ance importante sera la conf√©rence des Nations unies sur le climat COP28 √† Duba√Į.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.


Twitter


Facebook

Linkedin

email

Articles relatifs